Se centrer sur son Hara pour se connecter à sa paix intérieure

Dans ces temps de coronavirus, ce premier exercice de centrage va nous permettre de contacter notre Hara, notre centre vital selon les philosophies asiatiques, et d’accéder à notre paix intérieure.

Le Hara?

Cette zone mystérieuse est située sous le nombril. Être bien dans son Hara nous permet d’être en paix avec soi-même, et avec les autres, en toute bienveillance, mais aussi en toute lucidité.

Le Bouddha bien dans son Hara

Observez ce bouddha. Assis confortablement, les mains croisés devant son Hara. Semble-t’il stressé?

Etre dans son Hara signifie décider de mettre l’énergie au bon endroit, au bon moment.

Actuellement (en Mars 2020), une bonne partie de l’Humanité est secouée par le Coronavirus et il est très facile de dissiper notre énergie en peur, frustration ou autre. Le centrage ou la connexion à son Hara est un engagement envers soi-même, pendant lequel notre intention se dirige vers notre être intérieur pour accéder à la paix.

En Occident, l’équivalent pourrait être « avoir les reins solides », mais cette expression ne traduit pas ensemble tout la portée spirituelle du Hara. On parle de plus en plus de l’extraordinaire pouvoir de l’intestin, l’autre cerveau, donc autant de raisons de prendre soin de cette partie du corps !

Le centrage ou la connection au Hara, en pratique :

Tout d’abord, bienveillance absolue envers vous-même. Certains jours, vous serez à l’aise et vous ressentirez bien votre Hara. D’autres jours, pas du tout. C’est comme ça. C’est normal.

Installez-vous confortablement dans un fauteuil ou une chaise, si possible les pieds bien au sol. La colonne vertébrale légèrement étirée vers le Ciel, le menton légèrement rentré. Yeux ouverts ou fermés.

Mains sur le Hara, sous le nombril

Placez vos mains sous le nombril, soit l’une sur l’autre, ou avec les doigts qui se touchent. Essayez les 2 positions, et prenez celle qui vous convient le mieux.

L'importance de la respiration pour se centrer et se connecter à son Hara

Observez votre posture, et relâchez vos épaules si besoin. Portez votre attention sous vos mains. Laissez l’air inspiré emplir votre ventre. A l’expir, laissez le ventre se creuse naturellement. Laissez aller cette respiration ventrale pendant tout l’exercice.

Le centrage ou Se centrer à son Hara et ressentir une boule d'énergie, pour contacter son être et sa paix intérieurs.

Après une dizaine de respirations ventrales, imaginez ou ressentez une boule d’énergie. Cette boule peut être colorée, lumineuse, chaude, ou autre chose, ou quelque chose de surprenant. Votre bassin peut être plus dense. Vous pouvez avoir l’impression d’être plus lourd-e. Ou ressentir une vibration. Ou rien.

De toute façon, quelque chose se passe, même si vous n’en avez pas conscience. Restez en contact avec cette sensation ou votre ventre pendant plusieurs respirations. C’est le centrage: vous êtes en connexion avec votre Hara, avec votre paix intérieure.

Après un certain temps (une vingtaine de respirations par exemple, ou 5 minutes, ou quand vous en éprouvez le besoin), reprenez doucement contact avec le monde extérieur.

Comment vous sentez-vous?

Comment est votre ventre: plus chaud, plus dense, différent? Votre respiration est-elle plus lente, plus profonde? Vos mains sont-elles plus chaudes, plus douces? Comment vous sentez-vous ? Etes-vous un peu plus en paix?

Il se peut que vous n’ayez rien ressenti, que votre état intérieur n’est pas évolué. Cela arrive, et cela ne veut strictement rien dire sur l’incapacité à contacter son intérieur. Il y a des jours avec, et des jours sans. Mais, et je vous demande de me croire sur parole, prendre contact avec soi régulièrement amène forcément quelque chose de positif, même si cela semble flou au départ. Donc continuez! Et si vous ne ressentez rien au bout de quelques séances, je vous propose d’utiliser une bouillotte (voir ci-après)

Et surtout: Remerciez-vous pour ce moment que vous venez de vous offrir.

Mes propositions

Je vous propose de faire cet exercice au moins une fois par jour pour en ressentir les bienfaits. Il est souvent conseillé de le faire le matin, mais il peut être fait à tout moment de la journée. Vous pouvez aussi augmenter la durée de la séance à votre rythme.

Si la posture assise proposée est inconfortable, vous pouvez en changer! Soyez à l’écoute de votre confort: assis en tailleur, allongé, debout avec les pieds parallèles et espacés (largeur bassin si possible).

Et si vous ne sentez pas de boule d’énergie sous vos mains et que ce non-ressenti ajoute de la tension, je vous propose de prendre une bouillotte chaude. Placez-la sur votre nombril. Observez la chaleur qui se diffuse dans votre ventre. Cela va stimuler votre Hara d’une autre façon, tout simplement.

Pour en savoir plus

Un article: Psychologies Magazine https://www.psychologies.com/Bien-etre/Medecines-douces/Se-soigner-autrement/Articles-et-Dossiers/Hara-la-force-vient-du-ventre

Un livre: « Hara, centre vital de l’homme » de Karfried Grad Durckheim

Et cette période est trop secouante, je vous propose de lire mon article sur les émotions et d’identifier ce qui est « en -trop » pour vous.

Please follow and like us:
error

2 réflexions sur « Se centrer sur son Hara pour se connecter à sa paix intérieure »

Les commentaires sont fermés.